Mitcho la pompe / Sanseverino / 2004

64

Paroles : Stéphane Sanseverino

Musique : Stéphane Sanseverino

© Avec l’aimable autorisation des Éditions CH+

Le romantisme de Sanseverino c’est un peu particulier… Évitons les slows langoureux : faut que ça bouge, que ça pulse, que ça vibre et swingue, comme dans ces petits rades du Marché aux Puces de Saint-Ouen, quand le fantôme de Django Reinhardt veille au grain. Guitares acoustiques échevelées, envolées de notes euphoriques, breaks dans toutes les positions, voici l’implacable loi du jazz gitan. Quant à saisir toutes les nuances du refrain, mieux vaut s’armer d’un dico français-argot-manouche. “Je me sens narvalo”: c’est grave, docteur ?

A propos de l'auteur